Antonin Dubois

Préserver l’élite masculine, défendre l’État-nation. Les organisations étudiantes en France et en Allemagne (1870–1914)

Projet pour une thèse de doctorat en Histoire sous la direction de M. Gérard Noiriel (École des Hautes Études en Sciences Sociales) et de Mme Katja Patzel-Mattern (Ruprecht-Karls-Universität Heidelberg).

 

1. INTRODUCTION

L’augmentation du nombre de diplômés et la relative ouverture sociale de l’enseignement supérieur fait du tournant du XIXe siècle une période centrale dans la longue histoire du « problème » de la surproduction intellectuelle (Chartier, 1982). Quatre éléments principaux structurent cette rhétorique. Le nombre excessif de personnes qualifiées, faute d’une augmentation proportionnelle des positions professionnelles correspondantes, créerait un chômage intellectuel. Même lorsqu’ils trouvent un emploi, les diplômés devraient accepter une position inférieure, soit à leur niveau de qualification (dévaluation des diplômes et déclassement scolaire), soit à celle de leur père (déclassement social). Ces difficultés individuelles seraient, enfin, à l’origine de possibles troubles à l’ordre social, puisque le « prolétariat des bacheliers » dont parlait Bismarck formerait le vivier de recrutement des agitateurs et autres révolutionnaires.

Ce projet se propose d’analyser la manière dont les étudiants eux-mêmes répondent à cette  problématique de la « surproduction », en France et en Allemagne, entre 1870 et 1914. Notre hypothèse de départ est que cette réponse est partiellement fournie par la constitution d’organisations étudiantes pour la plupart conservatrices, et ce de trois manières. En premier lieu, leur recrutement élitaire garantit une sélection sociale qui préserve et renforce les privilèges de l’élite étudiante. Ces regroupements corporatistes visent à entretenir un entre-soi social, face à l’arrivée de nouvelles catégories socio-culturelles à l’université, notamment femmes, étudiants modestes, juifs ou étrangers. Grâce à ces organisations, légitimées à cette période par le gouvernement impérial comme par le gouvernement républicain, les étudiants peuvent développer leurs propres modes de sociabilité et de socialisation. La sociabilité interne à ces organisations permet en second lieu la constitution de réseaux de relations qui perdurent après la sortie de l’université, ayant pour but de se préserver des risques du déclassement social. Ces instances de socialisation contribuent en troisième lieu à l’apprentissage de valeurs et normes de comportement (nationalisme, discipline, solidarité), associées aux identités sociales menacées de l’élite traditionnelle masculine. Ces fonctions sociales et symboliques se traduisent politiquement dans un soutien au régime en place.

 

2. HYPOTHÈSES ET ORIENTATIONS DE TRAVAIL

A l’université, les dernières décennies du « long XIXe siècle » sont celles de l’augmentation du rôle des diplômes dans la reproduction sociale et du développement et de la professionnalisation des universités. Au cours de cette période, en France comme en Allemagne, l’université est érigée en symbole de l’édification et de l’unité nationale. Travailler sur le monde universitaire dans un tel contexte offre donc une possibilité privilégiée d’articuler questions sociale et nationale. C’est tout particulièrement le cas des organisations étudiantes qui, placées au cœur des transformations de l’université, sont dans un rapport de soutien mutuel avec le régime en place. Pour la première fois dans les deux pays, l’État unifié ne voit plus seulement les regroupements d’étudiants comme menace sociale et politique. Il légitime leurs organisations dont il escompte l’appui en retour. C’est effectivement généralement le cas, puisque, les étudiants français, majoritairement républicains durant tout le XIXe siècle, accordent leur soutien à la Troisième République et que le Reich de 1871 correspond aux attentes des corporations étudiantes, qui ont lutté pour l’unification de l’Allemagne depuis les guerres révolutionnaires.

Ce même soutien des organisations étudiantes de part et d’autre du Rhin justifie la comparaison franco-allemande. Malgré les importantes différences qui les séparent, elles sont confrontées aux mêmes problématiques : arrivée des femmes à l’université, antisémitisme, animosité franco-allemande, défiance à l’égard de l’étranger, questions religieuses, militarisme. La comparaison des deux pays constitue ainsi un moyen fécond pour l’analyse des conditions sociales et politiques du ralliement au régime de l’État-nation tel qu’il s’institue à partir de la fin du XIXe siècle.

C’est dans ce cadre général que nous allons étudier plus précisément les modes de fonctionnement et les usages des organisations étudiantes. Ces dernières constituent un ensemble dont nous retracerons la diversité. Notre étude portera majoritairement sur les organisations que l’on peut qualifier de « conservatrices », au sens sinon politique, au moins social du terme, et sur les problématiques qui leur sont associées. Nous intégrerons cependant à l’analyse les organisations libérales et progressistes, voire révolutionnaires, d’apparition plus tardive, pour la plupart dans les dernières années du XIXe siècle et au début du XXe siècle, comme la Freiestudentenschaft, les groupes d’étudiants socialistes ou les organisations d’étudiantes. Cela nous permettra de nuancer l’analyse et surtout de saisir les concurrences qui opposent les organisations conservatrices à ces nouvelles organisations. Car, précisément, ce qui est en jeu dans ces concurrences c’est l’ordre élitaire traditionnel que les conservateurs entendent préserver.

 

Association amicale des étudiants en pharmacie de France. Comité 1906 Source : http://www.biusante.parisdescartes.fr/histmed/image?impharma_fi008x015

Association amicale des étudiants en pharmacie de France. Comité 1906

Source : http://www.biusante.parisdescartes.fr/histmed/image?impharma_fi008x015

 

Les membres de ces organisations conservatrices viennent pour l’essentiel des mêmes milieux sociaux, politiques, économiques et religieux. Au-delà de leur rôle dans le cadre de la vie universitaire, les organisations étudiantes participent ainsi à la construction et la consolidation d’un groupe social dont elles visent à maintenir la position, l’élite sociale masculine, « menacée » par les transformations sociales en cours. On peut le voir à partir de quatre grandes questions.

 

AGEP1899

Le bureau du Comité (membres dirigeants) de l’Association Générale des Étudiants de Paris en 1899

Source : L’Illustration, « L’Association Générale des Étudiants », 25 novembre 1899, n°2961, p. 339.

 

1) Comment les organisations étudiantes circonscrivent-elles un groupe élitiste ?

– Tout d’abord, ces organisations démarquent l’élite masculine par une sélection de leurs membres, définie par des règlements plus ou moins sévères. La plupart fonctionnent par cooptation, voire de manière héréditaire. Certaines excluent des catégories d’étudiants, comme les femmes. L’analyse de la composition des organisations nous permettra de prendre la mesure de cette sélection.

– Ensuite, un ensemble de pratiques, rituels, comme les duels, les beuveries ou le bizutage, très fortement contraignantes, renforcent les barrières d’accès et les frontières du groupe.

 

2) Comment assurent-elles la cohésion interne de ce groupe ?

– La cohésion et la sociabilité impliquent d’abord des lieux communs spécifiques. Nombre d’organisations étudiantes disposent ainsi de leurs propres locaux, voire de leurs « maisons », dans lesquelles, du moins dans les plus grandes, les membres pouvaient même loger. Bibliothèques, fumoirs et salles d’armes sont les espaces de l’entre-soi de l’élite masculine que garantissent les organisations étudiantes.

– La cohésion est ensuite assurée par la célébration d’un passé commun. Les organisations étudiantes prétendent incarner une tradition, fréquemment « inventée » (Hobsbawm, 1983), remontant au XVIIIe siècle, voire même puisant certaines références dans le Moyen-Âge. Ce faisant, elles se légitiment en tant qu’institutions, et légitiment la fermeture de leur groupe, en se référant à une époque où, par exemple, ni juifs ni femmes ne pouvaient étudier à l’université.

– Les organisations étudiantes assurent une fonction socialisatrice en inculquant à leurs membres des valeurs sociales et une discipline spécifiant le groupe : solidarité, patriotisme voire nationalisme, ardeur, dynamisme. Ces normes contribuent à définir le positionnement de ces organisations par rapport aux autres catégories d’étudiants.

– Parmi ces valeurs, la masculinité et la virilité occupent une place centrale. En effet, bien que les femmes rejoignent peu à peu les hommes sur les bancs des universités françaises puis allemandes, les associations et corporations étudiantes restent quasi exclusivement, voire entièrement, unisexes. En reprenant l’analyse que fait Eric Dunning (1993) du rôle du rugby dans la « protection » de la virilité « menacée », on peut considérer les organisations étudiantes et nombre de leurs formes de sociabilité comme le fumoir, l’escrime ou le duel, comme des moyens de se « protéger » de la féminisation progressive de l’université.

 

Duel entre des membres de la Burschenschaft Allemannia zu Heidelberg (à gauche) et de la Burschenschaft Frankonia zu Heidelberg (1891)

Source : Universitätsarchiv Heidelberg
Cote: UAH Pos III 00153

http://www.uni-heidelberg.de/uniarchiv/bdm2014-02.html

 

3) Comment investissent-elles l’espace public et politique ?

– Premièrement, les organisations étudiantes investissent, ou au moins tentent d’investir, l’espace public de la ville. Les défilés (monômes en France), mais aussi le tapage nocturne ou les affrontements réguliers avec les forces de l’ordre marquent la volonté de visibilité des étudiants qui entendent contrôler « leur » quartier, « leur » espace.

– Deuxièmement, les organisations étudiantes nouent des alliances et s’engagent politiquement dans le but de défendre le régime en place ou la patrie. Ainsi, en 1897, les Burschenschaften s’allient au niveau national avec la Ligue pangermaniste. Durant la crise boulangiste, l’Association Générale des Étudiants de Paris (AGEP) se constitue en comité antiboulangiste et publie même un journal spécial.

 

Projet de Maison des Étudiants de l’Association Générale des Étudiants de Paris, rue de la Bûcherie, en plein Quartier Latin (1908)

Source : http://www2.biusante.parisdescartes.fr/img/?refphot=CISA0829T&mod=s

 

4) Quel est le rôle des organisations étudiantes dans la reproduction des élites ?

– Il s’agit ici de maintenir les liens après la période des études. Nous nous interrogerons donc sur la durée de l’engagement dans la vie étudiante. Celui-ci varie de manière importante d’une organisation à une autre, selon son fonctionnement propre, puisque certaines impliquent un engagement à vie.

– Ici, le rôle des anciens membres ayant terminé leurs études ou des membres honoraires nous permettra d’étudier la socialisation post-étudiante, à travers des réseaux amicaux, intellectuels ou professionnels qui ont pu se former grâce à un engagement dans une organisation étudiante, et permettent de conserver sa place dans la société ou de s’y élever grâce à cet engagement de jeunesse.

 

3. HISTORIOGRAPHIE

Transformation des universités, sélection sociale, réseaux élitaires, sociabilités et mises en scène morale et identitaire, soutien politique au régime : les organisations étudiantes sont au carrefour de ces différentes questions. Notre historiographie reflètera donc cette position carrefour.

Notons tout d’abord que, si les professeurs ou même le personnel administratif des universités ont fait l’objet de nombreux travaux, il n’existe pas d’historiographie consacrée aux étudiants. Certains le déplorent même, en montrant la diversité des approches possibles (Moulinier, 2002, p. 11). Il existe tout de même quelques ouvrages et articles isolés traitant spécifiquement des étudiants. Les étudiants allemands du XIXe siècle (Zwicker, 2011 ; Jarausch, 1982 ; Heither, 2000) bénéficient d’un peu plus d’intérêt que leurs homologues français, à propos desquels les ouvrages de Pierre Moulinier font figure d’exception (2002 ; 2012). Il n’existe pas de travaux comparatifs franco-allemands. Il existe par ailleurs des travaux traitant secondairement des étudiants, dans des recherches sur l’histoire des universités (Weisz, 1983), des intellectuels (Charle, 1990) ou de l’éducation (Weber, 2008). Du fait de ces lacunes, nous mobiliserons principalement des références sur des thématiques transversales. Pour ne citer que quelques exemples, on mentionnera les nombreux travaux existants sur les bourgeoisies (par exemple Kocka, 1995), le nationalisme (Hobsbawm, 1990), la masculinité et les duels (Corbin, 2011 ; Frevert, 1991), les sociabilités élitaires (Agulhon, 1977).

 

4. MÉTHODE ET SOURCES

En France comme en Allemagne, les organisations étudiantes sont constituées sur une base locale. Nous avons choisi de privilégier l’étude approfondie de cas sélectionnés à partir de critères, souvent corrélés. Tout d’abord notre choix a été déterminé par l’importance de la vie étudiante et des organisations étudiantes existantes au XIXe siècle. Cette importance conduit à la présence de sources sur les universités et les organisations étudiantes, ce qui constitue un deuxième critère. Enfin, pour l’Allemagne, du fait de l’anticatholicisme de nombreuses corporations protestantes, nous avons souhaité intégrer une université catholique. Sur la base de ces critères, nous avons limité, dans un premier temps, notre comparaison à trois villes dans chaque pays : Bonn, Heidelberg et Freiburg im Brisgau en Allemagne ; en France, Paris, Montpellier et Lille.

A Paris, la majorité des sources concernant l’université et les étudiants se trouvent aux Archives Nationales (série AJ16), à la Bibliothèque Nationale de France (BNF) et à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris. On pourra y trouver annuaires, journaux, écrits d’époque. Pour notre mémoire de Master nous avons déjà dépouillé les archives concernant l’AGEP. Les archives de l’université de Montpellier se trouvent aux archives départementales de l’Hérault, dans la série 1T. Différentes sources (annuaire, Bulletin) de l’Association Générale des Étudiants se trouvent à la BNF et dans les bibliothèques universitaires de Montpellier. Chaque ville universitaire allemande dispose d’Universitätsarchiv. Dans le cadre de notre mémoire de Master, nous avons déjà dépouillé un grand nombre de documents à Heidelberg. Le livre de Zwicker révèle la richesse du Geheimes Staatsarchiv Preußischer Kulturbesitz à Berlin et, bien qu’elle les ait moins utilisées, de celles des archives universitaires de Freiburg et Berlin. Dans les deux pays, on pourra éventuellement compléter ces fonds d’archives en se rendant aux archives municipales ou, afin d’avoir un regard extérieur, aux archives de police.

Afin d’étudier la mise en scène et la ritualisation de la vie étudiante, nous pourrons nous pencher sur les fêtes étudiantes. Des sources éditées existent sur certains grands rassemblements, comme par exemple sur le cinquième centenaire de l’Université d’Heidelberg en 1886, les fêtes de Bologne en 1888, de Paris en 1889. Une autre possibilité sera de faire une analyse d’images, notamment de photos. Cela pourra éclairer d’une manière originale la mise en scène de la virilité des étudiants.

Les journaux des organisations étudiantes nous permettrons d’analyser le discours officiel sur certaines questions de notre travail : relation étudiants-étudiantes, acceptation des étudiants étrangers ou juifs, diffusion des valeurs bourgeoise. En Allemagne, les journaux nationaux de trois grandes organisations se trouvent au Bundesarchiv de Coblence (les Burschenschaftliche Blätter) et à l’Institut für Hochschulkunde de l’Université de Würzburg (les Akademische Blätter et KC-Blätter). En France, le journal de l’AGEP est numérisé sous forme de microfilm à la BNF.

De plus, les organisations encore existantes possèdent souvent leurs propres archives. Elles peuvent mettre à dispositions, nous en avons profité pour notre mémoire de Master, divers annuaires, ouvrages et journaux, voire même éventuellement des comptes rendus de réunions. Selon l’état des sources, nous tenterons d’analyser la socialisation post-étudiante, notamment grâce aux annuaires, en étudiant la place des Alte Herren des corporations allemandes et des membres honoraires des associations françaises. Ces mêmes annuaires nous permettront d’effectuer l’étude prosopographique des membres des organisations. Nous pourrons ainsi retracer le parcours des membres les plus investis dans ces organisations, analyser leurs éventuels écrits et tenter de comprendre le rôle de leur engagement dans leur carrière future. Afin de comprendre les mécanismes de fixation des traditions, nous pourrons nous pencher sur les (ré)écritures de l’histoire de ces organisations par leurs membres dans de nombreux ouvrages souvent assez peu objectifs.

Afin de contextualiser ces différentes questions, nous pourrons consulter des sources plus générales, comme les débats parlementaires concernant les réformes universitaires ou du droit d’association.

Nous pourrons également, de manière moins approfondie, consulter les archives de certaines universités, comme celle de Leipzig où fut fondée la première Freiestudentenschaft et organisée en 1914 une exposition consacrée à l’étudiant allemand et dans le monde.

 

5. CONCLUSION

En étudiant les réponses des organisations étudiantes conservatrices au « problème » de la « surproduction » intellectuelle à l’université, nous nous pencherons donc sur des questions générales caractéristiques de la fin du XIXe siècle : l’édification de l’État-nation, la reproduction des élites, le développement de la bourgeoisie et de ses valeurs ou encore la place des femmes dans la société.

Nous souhaiterions conclure en nous éloignant quelque peu des organisations étudiantes en elles-mêmes et en proposant une hypothèse plus globale. On peut considérer qu’à la fin du XIXe siècle, les intellectuels et politiques qui proposent leurs définitions de l’État-nation sont eux-mêmes issus de l’élite masculine que les organisations étudiantes tentent de délimiter. Il est probable qu’ils définissent l’État-nation à leur image et en accord avec leurs valeurs. S’ils font donc partie de cette élite « frustrée » par la surproduction intellectuelle et la peur du déclassement, la question se pose de savoir si l’État-nation et la définition de celui-ci ne serait pas le moyen pour eux de lutter contre leur propre déclassement en diffusant plus généralement, via l’armée ou l’école par exemple, les valeurs qui sont les leurs tout en affirmant la nécessité de conserver une élite délimitée. Cela peut passer par exemple par le refus du droit de vote des femmes, et partant, de leur entrée en politique ou la volonté de lutter contre des groupes ne rentrant pas dans la définition stricte de l’élite masculine comme peuvent l’illustrer le Kulturkampf ou les lois antisocialistes des années 1880-90 en Allemagne.

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.