Lucie Martin Idre

Étudiants de l’université de Strasbourg 1871–1918: conflits de nationalité

Résumé en allemand :

Nach der Annexion Elsaß-Lothringens wurde 1872 die deutsche „Reichsuniversität Straßburg“ ins Leben gerufen und bei dieser Umgestaltung die Rolle der Universität nach politischen Kriterien definiert, da sie ein Mittel sein sollte, das Elsass in die neue Nation zu integrieren. Für diese Aufgabe spielte die Lehre der Geschichtswissenschaft eine zentrale Rolle, weil sie die Rückkehr der Region zu Deutschland rechtfertigen und dem elsässischen Volk eine gemeinsame Nationalidentität einprägen sollte. Wie es das Schild auf der Vorderseite des Kaiserpalasts zeigt, das 1883 von den Deutschen angebracht wurde und während der ganzen Zeit erhalten blieb1, war die Lehre ständig zwischen “Litteris et Patriae”2 hin- und hergerissen. Die Lehre der Geschichtswissenschaft an der Straßburger Universität von 1872 bis 1911 bietet sich also als ein hervorragendes Studienobjekt für den Zwiespalt zwischen der politisch-patriotischen und der wissenschaftlichen Bestimmung der universitären Lehre im Zeitalter des Nationalismus und des deutsch-französischen Gegensatzes an.

Sodann gilt es, die Lehre als etwas anderes zu sehen, als ein „pur organe de transmission du savoir, dépourvu de significations idéologiques, dont il n’y a rien de plus à dire qu’il n’y a à voir dans une vitrine parfaitement transparente“31872 bringt nämlich der Nationalitätswechsel des Elsasses eine Umgestaltung der Strassburger Universität nach dem Muster des Eroberers mit sich. Die Ankunft einer großen Zahl von deutschen Lehrenden und Studenten konnte aber nicht die Realität einer französischen Tradition der Universität Strassburg verhindern, die sich vor allem in den „französischen“ Studenten verkörperte. In den Hörsalen saßen Stamm-elsässische Studenten, die durch die französische Sprache, Methode und Geschichtsschreibung noch tiefgreifend geprägt waren. Existierte nicht eine Spannung zwischen den neuen Historikern der Universität, die die offizielle Version der Geschichte der deutschen Nation propagierten und der Erfahrung der Studenten, die ständig zwischen beiden Nationen hin und her hergezogen wurden?

Ein weiterer Teil der Arbeit besteht darin, die Universität als Raum zu begreifen und somit die Gegenüberstellung zwischen der materiellen deutschen Erbschaft und der französischen „Memoire“ zu betrachten. Die Deutschen haben nämlich von 1872 bis 1918 eine bedeutende Baupolitik durchgeführt, die sowohl die Universität als auch die Stadt Straßburg insgesamt betrifft. Diese deutsche Baupolitik verfolgte im XIX. Jahrhundert das Ziel, eine neue geographische Mächteverteilung in der Stadt zu schaffen (z.B. durch den Bau von Gebäuden, die die deutsche Macht repräsentieren sollten), um die deutsche Vorherrschaft zu behaupten.

1 Diese Inschrift steht immer noch auf dem Kaiserpalast.

2 Rainer Möhler, « Litteris et patriae : zweimal deutsche Universität Strassburg : zwischen Wissenschaft und Germanisierung », in Heinen Armin, Hüser Dietmar (Hg.), Tour de France : eine historische Rundreise, Stuttgart, F. Steiner, 2008, S. 157-169.

3 Gérard GENETTE, « Enseignement et rhétorique au XXe siècle », in Annales, n°2, 1966, p.293.

Pistes de réflexion

L’université de Strasbourg en 1872 se voit confier une mission de premier ordre dans cette marge périphérique de l’Empire allemand nouvellement constitué : celle de germaniser la population alsacienne, restée en grande majorité francophile et francophone. Dans cette mission, l’enseignement de l’histoire joue un rôle central. C’est à lui que revient de justifier, par des arguments historiques, de la création du Reich allemand de 1871 et de l’annexion de l’Alsace-Lorraine, ainsi que de rallier la population alsacienne à une mémoire et une identité communes allemandes. L’idée que « C’est dans les sciences historico-philosophiques que réside la force qui peut relever le sentiment national et la force morale. [et que] [c]es disciplines sont celles où l’emporte l’Allemagne. [Donc] [c]e sont elles qui nous rattacheront au grand passé de la culture alsacienne »1, selon les propos de Dilthey, illustre cette mission dont est chargée l’enseignement de l’histoire et fait apparaitre deux enjeux principaux. Derrière les enjeux scientifiques, propres à une université, apparaissent pleinement des enjeux politiques, puisque les gouvernements français et allemands en voulant inscrire l’Alsace et son histoire dans une des deux nations, ont fait de Strasbourg un enjeu hautement symbolique. C’est précisément cette tension entre une vocation patriotique et scientifique dans un établissement d’enseignement supérieur qui constitue l’enjeu principal de cette recherche.

Dans ce contexte, l’analyse de l’enseignement de l’histoire permet aussi de prendre en considération la transmission et donc la réception de cet enseignement de l’histoire telle qu’elle a été faite par les étudiants de l’université. Considérer avec Jean-Francois Sirinelli et Michel Sot que c’est dans l’enseignement « [que] s’observe l’articulation entre le savoir élaboré par les savants et sa réception par le peuple »2, permet ainsi de considérer la question de l’articulation entre le savoir tel qu’il est élaboré par les historiens, ici allemands et portés par une logique nationaliste, et sa réception par les étudiants, principalement Alsaciens autochtones. Cette approche en mettant en évidence les relations entre une histoire officielle (souvent politisée et politique à Strasbourg entre 1872 et 1911) et sa réappropriation par la population alsacienne permet de prendre en considération les étudiants et le rapport des étudiants à une autorité centrale.

Le décalage entre la communauté historique savante allemande et la population estudiantine alsacienne perturbe et complexifie la portée de la transmission de cet enseignement de l’histoire et est le lieu de multiples conflits et tensions entre les deux communautés. Comment l’enseignement de l’histoire qui se veut nationaliste et presque exclusivement dispensé par des protestants est-il alors perçu et reçu par les étudiants alsaciens : ces derniers y sont-ils sensibles ou réfractaires ? Et leurs éventuelles oppositions se font-elles sentir par des actes de violence ou des rassemblements pacifiques ou éventuellement par le développement de nouvelles sociabilités afin d’organiser la « lutte » ?

Population locale et Allemands : « deux sociétés qui ne se pénètrent point »3?

Un « Hurrapatriotismus »4 des professeurs immigrés qui favorise la rupture?

Afin de saisir le décalage entre les deux communautés : professeurs d’histoire d’une part, et étudiants alsaciens de l’autre il est nécessaire de s’intéresser aux professeurs d’histoire appelés en 1872 par Roggenbach, alors chargé de la réorganisation de l’université de Strasbourg. Une grande partie des professeurs nouvellement nommé à Strasbourg s’était illustrée auparavant par des prises de position politique en faveur de l’annexion de l’Alsace et en vue de soutenir la création du Reich autour de la Prusse. Les prises de position de ces professeurs s’inscrivaient dans la droite ligne de ce que Heinrich von Treitschke avait affirmé dans son article Was fordern wir von Frankreich ? dès 1870 : « Le pays allemand que nous réclamons (ie l’Alsace) est nôtre par la nature et par l’histoire. Nous Allemands qui connaissons l’Allemagne et la France, nous savons ce qui convient aux Alsaciens mieux que ces malheureux eux-mêmes… Nous voulons, contre leur volonté, leur rendre leur être propre »5. La nomination de ces professeurs d’histoire à l’université de Strasbourg s’inscrit ainsi dans une idéologie nationaliste qui les chargerait d’une mission unique, et perçue comme sacrée, et qui soude profondément le corps professoral autour de ce rôle. Une idée que rappelle Anton Springer, professeur d’histoire de l’art à Strasbourg lorsqu’uil évoque dans ses Mémoires qu’à sa nomination à l’université de Strasbourg : « un refus était impossible (…) Pour nous tous l’acceptation (de la nomination) était un devoir »6.

De même les professeurs d’histoire se sont engagés de manière particulièrement active dans la vie académique, dispensant des conseils en vue de créer les bâtiments les plus efficaces possibles, mais aussi en donnant des cours gratuitement à la Volkshochschule (Université populaire) créée pour le semestre d’hiver 1901-1902. Ce « zèle »7, pour reprendre la formule que Friedrich Meinecke, professeur d’histoire moderne à l’université de Strasbourg, emploie pour définir l’esprit qui règne durant la première décennie de l’université, s’explique principalement par la fierté que ces professeurs ressentent à l’idée de prendre part à un tel projet et leur réelle volonté de germaniser la population alsacienne de souche.

Ce patriotisme de la génération des fondateurs que l’historien John Craig qualifie de « Hurrapatriotismus » ne va pas sans poser de problème à l’université pour qu’elle s’intègre au sein du Reichsland. Ces historiens, empreints de leur idéal, affirment et revendiquent publiquement, au sein de l’université même, la germanité de l’Alsace. Anton Springer lors des discours de l’inauguration de l’université rappelle que « nous [Allemands arrivés à Strasbourg il y a peu] nous nous sentons ici [en Alsace] chez nous »8.

Ce type de déclaration heurte, dans un premier temps, la sensibilité de nombre d’Alsaciens de souche et les exclut plus de l’université qu’elle ne peut les y inclure. Pour Christian Pfister, comme il l‘explique dans ses Mémoires, ces déclarations aboutissent surtout à assimiler les Allemands dans l’esprit de la population locale à des « conquérants dans un pays conquis »9, transformant l’université en une « enclave de type colonial » et à faire réaliser à « l’Alsacien de souche » « qu’il n’avait rien de commun avec ces gens là »10. Les contacts s’avèrent donc, d’emblée, difficiles entre ces deux sociétés, professeurs allemands et étudiants alsaciens autochtones qui nee partagent, pour l’heure, pas la même langue, ni les mêmes mœurs, ni les mêmes cérémonies.

Rapidement, les deux sociétés s’ignorent, les contacts étant limités au minimum aux relations professionnelles et de nécessité, ce qui se répercute dans les conflits entre les deux groupes et leurs inscriptions spatiales11.

Une contestation éstudiantine alsacienne qui s’exprime avant tout dans la ville de Strasbourg et moins au sein de l’université

Entre les étudiants en histoire des deux communautés, les échanges sont ainsi restreints. La cérémonie de l’inauguration de l’université est l’occasion, tout d’abord, de fortes tensions entre les deux groupes qui n’hésitent pas à recourir à l’affrontement physique à la fin des festivités, ce dont relate nombre de journaux de l’époque mais aussi les témoignages d’anciens étudiants à Strasbourg, comme Walter Wiegand12. A côté des « vive la France ! » criés en guise de contestation pacifique, des combats plus physiques et violents sont aussi recensés à l’issue de cette cérémonie.

Comme le rappelle Christian Pfister dans ses Mémoires un accident souligne de manière quasi légendaire cette attitude de rejet entre les deux communautés. Les professeurs et étudiants allemands s’étaient ainsi rendus sur la place Gutenberg à l’issue de la cérémonie d’inauguration de l’université où ils furent accueillis par nombre de coups de sifflet. Un Baron allemand, le Baron von Aufzus, alors âgé de 71 ans, s’est trouvé indisposé sur place parmi la foule, et siffla alors son serviteur pour le soutenir. Un coup de sifflet qui fut mésinterprété (on le prit en fait pour un Alsacien hostile) : il est alors frappé, et finalement assommé, il finit par mourir de ses blessures. Il aurait écrit peu avant sa mort, toujours selon Christian Pfister : « Ceci est d’un fâcheux augure pour l’avenir de la nouvelle université »13. Malgré le caractère légendaire de cette anecdote elle souligne bien l’importance de ces tensions :

– à la fois au sein des deux communautés étudiantes de nationalité différentes

– mais aussi entre la communauté étudiante alsacienne de souche et les autorités académiques allemandes

– et le fait que les conflits au sein des étudiants se déplace et se diffuse dans l’espace même de la ville et même s’y exprime avec une plus grande acuité.

C’est qu’en effet, malgré ses oppositions de principe, la cohabitation et le nécessaire contact quotidien entre les deux groupes au sein-même de l’université en limite paradoxalement les potentialités conflictuelles. Que ce soit dans les couloirs, les salles de séminaire ou encore dans la bibliothèque, les étudiants de la Kaiser Wilhems Universität adoptent une attitude : l’inexistence des échanges entre les deux groupes, qui choisissent de s’ignorer. Christian Pfister raconte ainsi dans ses Mémoires que dans les cours les Alsaciens «sont assis d’un côté de la salle ou de l’amphithéâtre, les Allemands de l’autre »14.

Même les rencontres dans le cadre des loisirs obéissent à des logiques différentes selon l’origine géographique des étudiants, ce qu’a mis en évidence Marie-Noële Denis15. Le groupe des étudiants immigrés d’Allemagne à partir de 1872 trouve ainsi refuge dans les mêmes tavernes que leurs professeurs : Dicke Anna, L’Esperance mais aussi la brasserie Piton.

Pour les étudiants issus de la population locale, une différence se fait jour par rapport à leurs aînés professeurs dans leurs sociabilités. Les étudiants préfèrent se réunir dans des tavernes plutôt que dans des salons, comme ce que font les enseignants. C’est la Taverne alsacienne, située à proximité de la brasserie Piton, qui connaît le plus de succès parmi les étudiants alsaciens.

Si la proximité géographique entre les lieux de réunions de ces deux groupes – ils sont situés dans la même rue – favorise indéniablement certaines rixes, elle ne semble pas avoir encouragé, ni rendu possible des échanges entre les deux communautés estudiantines : les sources ne faisant état que de bagarres et de conflits et non d’échanges pacifiques de coopération.

Les cours se déroulent tandis que les deux groupes en présence s’ignorent au sein de l’institution universitaire mais peuvent se heurter dans des conflits violents, la plupart de ces conflits ayant lieu hors de l’université, comme l’illustre la scène de violence de la place Gutenberg faisant suite à l’inauguration de la violence. Cet événement met exergue le fait que les étudiants d’origine alsacienne choisissent plus d’investir la ville de Strasbourg que l’université elle-même pour exprimer leur contestation. Un phénomène qui s’explique en raison de la difficile greffe et de la confrontation entre histoire mémoire et histoire discipline auprès des étudiants.

Contester hors de l’université: une réponse face à une dépossession ressentie au sein de l’université?

Finalement, il est notable de remarquer que le mouvement de contestation estudiantin d’origine alsacienne s’est surtout exprimé non au sein de l’université de Strasbourg mais bien hors de l’université, dans la ville de Strasbourg, dans toute sa dimension matérielle. Cela peut s’interpréter comme un volonté de la part de cette communauté d’Alsaciens autochtones de maintenir leur inscription spatiale dans la ville face à une politique allemande culturelle toujours plus présente : modification de l’urbanisme, de l’architecture, de l’environnement dans toutes ses dimensions. En effet, parce que Strasbourg et son université se devaient d’incarner la vitrine de la science allemande et que la réputation de l’établissement universitaire était en jeu, les autorités allemandes avaient lancé une vaste politique de construction à partir de 1877 dont le budget alloué est à la mesure de l’ampleur de l’importance portée à l’université de Strasbourg. Cette politique de construction de prestige, qui aboutit à la construction de la Neustadt, modifie durablement et de manière exceptionnelle l’urbanisme de la ville et permet aux autorités allemandes d’investir physiquement et symboliquement la ville.

Dans le contexte où nombre d’Alsaciens de souche peinent à s’intégrer dans une université jugée et perçue comme étant une université du Kulturkampf dans une région majoritairement catholique, où les enseignants catholiques sont quasiment absents et où très peu d’enseignants sont des Alsaciens autochtones, cette volonté des étudiants alsaciens de maintenir une inscription spatiale dans la ville et de territorialiser certains espaces peut être perçue comme la réponse, l’anti-dote en quelque sorte, à une dépossession qu’ils ressentent déjà au sein de l’université et qu’ils refusent au sein de leur ville.

Les conflits entre étudiants sont ponctuels, ritualisés sur des territoires appropriés par chaque communauté avec des marqueurs symboliques spécifiques propres à chaque groupe. La pérennité de ces conflits est assurée, malgré l’intégration croissante de l’université en son Reichsland et l’intégration croissante d’étudiants alsaciens de souche à celle-ci, en raison d’une répartition différenciée des étudiants selon leur origine dans certains cours. Un constat qui ouvre un autre sujet et une autre approche sur les relations entre étudiants allemands et alsaciens de souche dans la question de leur rapport à la politisation de l’enseignement de l’histoire à l’université de Strasbourg.

1 W. Dilthey, « Entwurf zu einem Gutachten über die Grundung der U. Strassburg. Die Erziehung 16» (1941), cite par John Eldon Craig, Scholarship and Nation Building, Chicago, 1984.

2 D’après François Bedarida (dir.), L’histoire et le métier d’historien : 1945-1995, Paris, Maisons des sciences de l’homme, 1995,  p. 343.

3 Christian Pfister, Pages alsaciennes : précédées d’un portrait de l’auteur et d’une bibliographie de ses travaux, Strasbourg, Édition des souscripteurs, 1927, p. 271.

4 John Craig, Scholarship and Nation Building. The Universities of Strasbourg and Alsatian Society, 1870-1939, Chicago, The University of Chicago Press, 1984, p. 62.

5 Heinrich von Treitschke, « Was fordern wir von Frankreich ? », in Preussische Jahrbücher, 1870, n°26, p. 371.

6 Anton Springer, Aus meinem Leben,  Berlin, J. Springer, 1897, 30 p., cité dans John Craig, Scholarship and Nation Building. The Universities of Strasbourg and Alsatian Society, 1870-1939, Chicago, The University of Chicago Press, 1984, p. 78.

7 Friedrich Meinecke, Strassburg, Freiburg, Berlin, Stuttgart, K. F. Koehler, p. 20

8 Anton Springer, « Discours inaugural de Anton Springer », in Lose Verinigung der Ehemaligen Strassburger Studenten und Dozenten, Alte strassburger Universitätsreden zur Erinnerung an die am 1. Mai 1872 gegründete Kaiser-Wilhelms-Universität Strassburg, Francfort sur le Main, Edition de l’institut d’Alsace-Lorraine, 1932,  p. 28.

9 Christian Pfister, Pages alsaciennes : précédées d’un portrait de l’auteur et d’une bibliographie de ses travaux, Strasbourg, Édition des souscripteurs, 1927, p. 270.

10 Ibid

11 Sur ce point, voir l’article de Marie-Noële Denis,  « L’université impériale de Strasbourg et le pangermanisme », in Revue des sciences sociales de la France de l’Est¸ n° 20, 1992-1993, p.6-17.

12 Walter Wiegand, « Elsässische LebensErinnerungen », Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheines, N.F XXXIX, 1926, pp. 84-117

13 Christian Pfister, Pages alsaciennes : précédées d’un portrait de l’auteur et d’une bibliographie de ses travaux, Strasbourg, Édition des souscripteurs, 1927, 290 p.

14 Christian PFISTER, Pages alsaciennes : précédées d’un portrait de l’auteur et d’une bibliographie de ses travaux, Strasbourg, Édition des souscripteurs, 1927, p. 253.

15 Marie-Noële Denis,  « L’université impériale de Strasbourg et le pangermanisme », in Revue des sciences sociales de la France de l’Est¸ n° 20, 1992-1993, p.6-17.

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.